Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


mercredi 21 juin 2017

en ligne: Actes de la recherche en sciences sociales, 2014, N° 203, De l'eau ! Pratiques, modèles, légitimités

Actes de la recherche en sciences sociales, 2014, N° 203 
De l'eau ! 
Pratiques, modèles, légitimités
Seuil

en ligne sur Cairn.info
 
Dominique Lorrain, Franck Poupeau
Page 4 à 15 
Ce que font les protagonistes de l'eau
Une approche combinatoire d'un système sociotechnique
 
Bernard de Gouvello
Page 16 à 29 
La dé-légitimation d'un opérateur international
Retour sur la concession des services d'eau et d'assainissement de Buenos Aires, 1993-2006
 
Dominique Lorrain
Page 30 à 47 
« L'acteur lesté » : une joint-venture d'eau à Chongqing
 
Christophe Defeuilley
Page 48 à 59 
Légitimité de l'intervention privée dans un service public
Le renouvellement du contrat des eaux de la banlieue de Paris
 
Thomas Blanchet
Page 60 à 73 
Une privatisation partielle sous contrainte
Le cas de la Compagnie des eaux de Berlin
 
Marie-Hélène Zérah, Cécile Renouard
Page 74 à 85 
La responsabilité sociale des entreprises à l'épreuve d'une mission de service public dans le secteur de l'eau
Enquête sur le contrat de Nagpur
 
Sébastien Hardy, Franck Poupeau
Page 86 à 105 
L'auto-organisation de la gestion urbaine de l'eau
La fonction des coopératives dans le grand système de La Paz et d'El Alto
 
Sarah Botton, Aymeric Blanc
Page 106 à 113 
Un service public marchand de proximité
L'action des petits opérateurs privés pour la desserte des quartiers périurbains en Afrique
 
Rémi de Bercegol, Shankare Gowda
Page 114 à 135 
L'accès à l'eau entre inégalités urbaines et contraintes techniques
La décentralisation du service dans quatre petites municipalités d'Uttar Pradesh
 
Julie Aubriot
Page 136 à 146 
Les conflits pour l'eau à Johannesburg
Inégalités, mobilisations sociales et recours au droit en Afrique du Sud
 
Dominique Lorrain
Page 147 à 151 
Concurrence au SEDIF : pour une économie politique du détail
Version HTML Version PDF


mardi 20 juin 2017

Explorer la ville contemporaine par les transferts. Sous la direction de Susanna Magri et Sylvie Tissot

 
Explorer la ville contemporaine par les transferts
Sous la direction de Susanna Magri et  Sylvie Tissot
P.U. de Lyon
Sociologie urbaine
2017

Présentation de l'éditeur
Des enseignes commerciales identiques, la ségrégation sociale et ethnique des quartiers, une pollution grandissante, l’émergence d’une élite internationale navigant d’une « ville globale » à une autre : c’est vers un même modèle que les cités du monde semblent se diriger. Si les raisons de s’inquiéter de cette tendance ne manquent pas, on peut s’interroger sur la réalité d’une figure unique, de standards imposant à terme une uniformité urbaine parfaite. Car la diversité des architectures, la pesanteur des héritages matériels et immatériels, la particularité persistante des modes de vie, impriment aux villes d’aujourd’hui des formes qui restent extraordinairement variées.
Pour comprendre cette diversité, ce livre propose un nouveau modèle d’analyse invitant à s’intéresser aux transferts. Nous savons depuis longtemps que les villes se transforment à la faveur des migrations. Mais les déplacements d’autres acteurs – administrateurs, universitaires ou experts – font aussi voyager les mots et les choses. Le succès des modèles d’organisation sociale et spatiale qu’ils promeuvent, souvent à travers de grands organismes internationaux, dépend des contextes locaux de réception. Et les habitants – migrants et autochtones – viennent inscrire de façon singulière dans l’espace leurs manières de faire, leurs normes du vivre ensemble et leurs interprétations de labels internationaux. Éternels réceptacles et fabriques d’inégalités, les villes se conjuguent néanmoins au pluriel, sous des formes hybrides. Ce sont ces dynamiques que ce livre invite à explorer.
Susanna Magri est directrice de recherche émérite au CNRS. Ses travaux de sociologie portent principalement sur l’habitat populaire et les politiques urbaines au XXe siècle. Elle a participé à de nombreuses études d’histoire urbaine et aux réflexions sur la méthodologie de recherche dans ce domaine. Elle a longtemps animé la revue Genèses, sciences sociales et histoire.
Sylvie Tissot est professeure de science politique à l’Université Paris 8. Elle a étudié la genèse et la circulation de la catégorie de « quartier sensible » en France. Son dernier livre porte sur la mise en pratique du mot d’ordre de la « diversité » par un groupe de gentrifieurs à Boston (De bons voisins : enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Raisons d’agir, 2011).

 

lundi 19 juin 2017

Maurice Agulhon. Aux carrefours de l'histoire vagabonde. Édité par Christophe Charle et Jacqueline Lalouette

Maurice Agulhon
Aux carrefours de l'histoire vagabonde
Édité par Christophe Charle et Jacqueline Lalouette
Publications de la Sorbonne
Histoire de la France aux XIXe et XXe siècles 
2017
 
Présentation de l'éditeur
Professeur d'histoire contemporaine à Aix-en-Provence puis à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et au Collège de France, Maurice Agulhon (1926-2014) est l’un des historiens majeurs du second XXe siècle. Il a non seulement renouvelé l’histoire de la France contemporaine dans une triple dimension politique, sociale et symbolique et a ouvert de nouvelles pistes aux historiographies d’autres pays, mais il a aussi établi des liens fructueux avec les études littéraires, la science politique et l’ethnologie. Un an après son décès, une journée d’étude, dont ce volume rassemble les contributions, a éclairé la multiplicité de ses apports à l’histoire comme discipline, à la fonction d’historien comme maître, à la vie intellectuelle française comme citoyen engagé dans son époque.
Ce portrait intellectuel, humain et politique n’entend pas se tourner seulement vers le passé. À l’heure où les grands combats que Maurice Agulhon a menés, pour la liberté et l’inventivité intellectuelles, la République et l’émancipation humaine, sont plus que jamais d’actualité, les contributions montrent comment il a su être un guide et un exemple pour l’avenir de l’histoire, de l’université et de la République, trois engagements indissociables dans sa vie et dans son œuvre.
 
 
 
 

vendredi 16 juin 2017

Pierre Bourdieu: Entretiens avec des historiens


«je peux dire qu'un de mes combats les plus constants, avec Actes de la recherche en sciences sociales notamment, vise à favoriser l'émergence d'une science sociale unifiée, où l'histoire serait une sociologie historique du passé et la sociologie une histoire sociale du présent». Pierre Bourdieu, Entretien avec Lütz Raphaël, Sur les rapports entre la sociologie et l'histoire en Allemagne et en France, Actes de la recherche en sciences sociales, 1995, Numéro 106, p.111



Pierre Bourdieu 
Entretiens avec des historiens


(Cette liste de publications sera mise à jour au fur et à  mesure,  Gilbert Quélennec)
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


(avec Jean Bollack) Entretiens avec Gershom ScholemL'identité juive, Actes de la recherche en sciences sociales.,  N°35, novembre 1980. L’identité

audio: Le patronat du XXème siècle. Les lundis de l'histoire - 15/12/1980 , avec Patrick Fridenson, Maurice Lévy-Leboyer, et Michelle Perrot

audio:Comprendre les pratiques culturelles, Dialogues - 07/12/1982 - avec Pierre Bourdieu et Roger Chartier, débat enregistré à l'occasion d'un colloque sur la lecture au Collège d'Échanges Contemporains à Saint Maximin le 18.09.1982, voir également Pierre Bourdieu avec Roger Chartier, La lecture: une pratique culturelle, in Pratiques de la lecture, Rivages, 1985, p.217-219<

avec Robert Darnton et Roger Chartier, Dialogue à propos de l'histoire culturelle , Actes de la recherche en sciences sociales, Numéro 59, pp. 86-93, 1985

audio: avec Roger Chartier, À voix nue (février 1988), in
L’historien et le sociologue, AGONE/Co-édition avec Raisons d’agir et l’Ina éditions, 2010

Gens à histoire, gens sans histoire : dialogue Bourdieu/Chartier
, Politix, 1989, Volume 2, Numéro 6,

avec C. Charle, H. Kaelble, J. Kocka , Dialogue sur l'histoire comparée, Deux séminaires (Paris-Gôttingen), Actes de la recherche en sciences sociales, 1995, n°106-107, pp.102-104

Entretien avec Lütz Raphaël, Sur les rapports entre la sociologie et l'histoire en Allemagne et en FranceActes de la recherche en sciences sociales, 1995, Numéro 106

Réponses: Débat avec Pierre Bourdieu, Les historiens et la sociologie de Pierre Bourdieu, Bulletin de la Société d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1999, n° 3-4.-107, pp. 108-122



--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 
 
voir également:   


Publications de Pierre Bourdieu, Sociologie historique et analyse du changement


Publications de Pierre Bourdieu: Sociologie de la domination et dispositions à résister


Publications de Pierre Bourdieu: à propos de Freud et des rapports entre la sociologie et la psychanalyse



 

jeudi 15 juin 2017

en ligne: Actes de la recherche en sciences sociales N° 201-202 , 2014, Raisons d'État

en ligne sur Cairn.info
Actes de la recherche en sciences sociales N° 201-202 , 2014, Raisons d'État



Sébastien Roux, Gisèle Sapiro, Christophe Charle, Franck Poupeau
Page 4 à 10 
Penser l'État

Actions d'État

Vincent Dubois

Page 11 à 25 
L'action de l'État, produit et enjeu des rapports entre espaces sociaux

 
Abram De Swaan, Traduit de l’anglais par  Françoise Wirth

Page 26 à 43 
Régimes génocidaires et compartimentation de la société

 
Joseph Jurt

Page 44 à 57 
Le Brésil : un État-nation à construire
Le rôle des symboles nationaux : de l'empire à la république
 
Brigitte Gaïti

Page 58 à 71 
L'érosion discrète de l'État-providence dans la France des années 1960
Retour sur les temporalités d'un « tournant néo-libéral »
 
Didier Fassin

Page 72 à 86 
Pouvoir discrétionnaire et politiques sécuritaires
Le chèque en gris de l'État à la police

Actualité de Sur l'État

Pierre-Étienne Will

Page 87 à 97 
Bourdieu, l'État et l'expérience chinoise

 
Jean-Philippe Genêt

Page 98 à 105 
À propos de Pierre Bourdieu et de la genèse de l'État moderne

 
Christophe Charle

Page 106 à 111 
Du bon usage des divergences entre histoire et sociologie

 
George Steinmetz, Traduit de l’anglais par  Frédéric Junqua

Page 112 à 119 
État-mort, État-fort, État-empire






mercredi 14 juin 2017

Martine Court, Sociologie des enfants


Martine Court
Sociologie des enfants 
La Découverte
Repères
2017

Présentation de l'éditeur
Alors que l’étude de l’enfance a longtemps relevé de manière exclusive de la psychologie, cet âge de la vie suscite aujourd’hui un grand nombre de recherches en sociologie.
Comment les enfants vivent-ils au quotidien dans les sociétés occidentales ? Quelles normes président à leur éducation ? Que font-ils lorsqu’ils se retrouvent entre eux, hors de la présence des adultes ? Quel rôle joue l’enfance dans la reproduction des inégalités et dans l’apprentissage des rapports de domination, de classe et de genre ? Telles sont quelques-unes des questions que les sociologues se posent à propos des enfants et auxquelles ils apportent des réponses à travers de nombreuses enquêtes de terrain.
Centré principalement sur la période actuelle, mais en mobilisant aussi des travaux d’historiens, cet ouvrage propose une synthèse de ces recherches. Ce faisant, il montre que l’enfance est fondamentalement une réalité sociale, qui renvoie à des expériences extrêmement différenciées en fonction de l’époque historique, du lieu de naissance, de l’origine sociale et du sexe.
Martine Court, ancienne élève de l’ENS Cachan, agrégée de sciences sociales, est maîtresse de conférences en sociologie à l’université Clermont Auvergne.
Extraits




mardi 13 juin 2017

Grégory Salle, L’utopie carcérale. Petite histoire des "prisons modèles"

 
Grégory Salle
L’utopie carcérale
Petite histoire des "prisons modèles"
Amsterdam
2017

Présentation de l'éditeur
À quoi tient aujourd’hui la légitimité de la prison ? Au tournant sécuritaire commandé par la réaction néolibérale, assurément. Mais aussi à la croyance que la prison est perfectible, envers et contre tout. Régulièrement, des « prisons modèles » s’évertuent à raviver une utopie pénitentiaire moribonde. Les discours qui les accompagnent font miroiter la possibilité d’un enfermement enfin avantageux sinon salutaire, comme si jusqu’ici, par manque d’imagination, de volonté et de moyens, l’on n’avait pas vraiment essayé.
C’est oublier une histoire jalonnée de diverses tentatives, parfois grandioses, qui donne toutes les raisons d’en douter. Pour nous la remémorer, ce livre effectue une vaste mise en perspective dans le temps et l’espace. De Genève à Pékin en passant par Londres ou Saint-Pétersbourg, du début du XIXe siècle à nos jours, il rappelle des cas célèbres ou méconnus de « prisons modèles » qui, d’abord encensées, ont tourné au fiasco.
Au terme de ce détour, pourtant, il ne s’agit pas seulement de constater l’ampleur du fossé entre prétentions et réalités, ni même de dissiper une illusion. Mais de faire opérer aux « prisons modèles » le même renversement de perspective qu’aux prisons tout court : et si l’évidence aveuglante de leur échec masquait un genre de succès, le passage sous silence de la gestion différentielle des illégalismes dont la prison est le pivot ?